Association des Amis des Forêts
de Versailles et Fausses-Reposes

AccueilVie de l’associationNotre association est interpellée à propos des coupes

   Notre association est interpellée à propos des coupes



25 février, par Pierre Desnos

Notre association des Amis des forêts de Versailles et de Fausses-Reposes est souvent interpellée - en hiver - à propos des coupes réalisées dans nos massifs forestiers périurbains. Et cette interpellation est normale. Donc, nous y répondons normalement… dans la mesure de nos modestes moyens de simples Amis des forêts.

Voici quelques exemples d’interpellation avec les réponses du président de l’AAFVFR (qui valent évidemment ce qu’elles valent).

ARRÊTER LES COUPES


Interpellation :
C’est bien là le problème. Nous voudrions mettre fin aux coupes dans des forêts fragiles et visitées comme la forêt domaniale de Versailles.

Réponse :
Vaste, très vaste programme. Je ne voudrais pas vous décourager mais mettre fin aux coupes me semble un objectif trop ambitieux, voire non souhaitable ne serait-ce que pour des questions de sécurité mais surtout de fragilité sanitaire de nos forêts.

Un petit rappel que j’ai fait récemment à un conseil syndical d’un grande résidence versaillaise très arborée : « Du fait du réchauffement climatique, du commerce mondialisé et de la mobilité générale des personnes et des services, les maladies des arbres sont plus nombreuses et plus rapides à se propager depuis quelques années. C’est vrai notamment pour le chancre coloré du platane qui vient d’atteindre l’Ile-de-France, et qui menace donc aussi Versailles. C’est vrai pour le phellin du chêne qui est de plus en plus virulent, c’est aussi vrai pour la maladie de l’encre qui attaque surtout les marronniers (c’est la raison pour laquelle 4 ou 5 marronniers ont été abattus récemment dans le parc forestier de la Porte verte)*, c’est encore vrai pour la chalarose du frêne et d’une manière générale pour tous les champignons lignivores (mérule, polypore ou armillaire) qui attaquent parfois l’arbre de l’intérieur et le rongent sans que cela ne se voit si ce n’est par des houpiers dégarnis et par des branches qui tombent sans raison apparente... Dernière remarque : jusqu’à présent, il n’y pas de véritable traitement pour la plupart de ces maladies. La seule solution pour ne pas être trop exposé consiste à varier les essences, à veiller à un écosystème sain pour les arbres (pas de tassement du sol, pas de chocs ou de blessures, pas d’élagage trop sévère) »
*) la forêt de Versailles commence à être fortement touchée, la forêt de Montmorency a perdu récemment la moitié de ses arbres (plus de 2000 ha) en raison de cette maladie.

Il faut donc renouveler la forêt pour qu’elle survive. Contrairement à une idée reçue, nos forêts franciliennes sont plutôt des forêts vieillissantes, donc fragiles. Je vous rejoins néanmoins sur la manière dont sont faites certaines coupes et j’ai personnellement salué le passage à la gestion en futaie irrégulière qui est un progrès par rapport à la futaie régulière en ce qui concerne nos forêts périurbaines... Je ne me fais pas l’avocat de l’O.N.F. mais j’essaie d’en comprendre les motivations et les engagements. Je n’ignore pas non plus certaines contraintes économiques qui les motivent et je les regrette souvent.

J’espère ne pas vous avoir trop choqués. Comme vous le savez mon engagement vise à préserver ces forêts, à les prémunir contre les attaques liées à l’urbanisation et l’artificialisation des espaces. C’est le sens de ma demande de classement en forêt de protection de Versailles qui a pour but de pérenniser la destination forestière de ce « foncier forestier », cette protection ne changera rien à l’exploitation sylvicole et aux coupes de régénération (à but lucratif ou pas)… mais la forêt sera encore là dans les décennies à venir.

DES COUPES BRUTALES QUI TUENT LA FORÊT

Interpellation :
Bonjour, je souhaiterais porter plainte contre l’onf pour la destruction de la flore et de la faune pour la forêt de fausse repose à Versailles. Auparavant je souhaiterais obtenir des informations.

Je vais très régulièrement depuis plus de 10 ans dans la forêt de Fausse Repose. Depuis plusieurs années l’ONF entreprend des coupes d’arbre. Depuis au moins deux ans et voir depuis peu un an ces coupes sont réalisés n’importe comment. L’onf utilise au moins 4 énormes engins pour récupérer les troncs d’arbres, ceux-ci détruisent les chemins et vont même en dehors des chemins. Les arbres coupés sont des arbres de plus de 30 ans voir 200 ans pour des chênes. Les abattages ne sont plus localisés comme c’était le cas auparavant, l’abattage se fait dans toute la forêt. Ils coupent des hectares entiers et à la place poussent que des ronces. La faune et la flore ne sont absolument pas respectés. Moi même quand je vais dans la forêt je ne peux plus y accéder à cause de la boue sur tous les chemins du bruit infernal de leur engin. Des bruits de moteur de leur grosse machine. La forêt n’est plus un havre de paix mais est devenu un enfer. Pour les animaux et les insectes ce doit être pire encore. Cette exploitation n’a qu’un seul et unique but le mercantilisme. Sans compter qu’ils sont en train de fragiliser les arbres restants car ils sont trop espacés des uns des autres ce qui les rend vulnérables aux maladies (champignons...). Semaine dernière, j’ai pris beaucoup de photos concernant cette destruction massive. Les abatteurs n’ont pas vu d’un très bon œil les photos que je prenais de leur engin et de la coupe massive des arbres. Ainsi que la destruction qu’ils font autour de cet abattage. Je suis scandalisée par ce non-respect de la nature. Je souhaiterais porter plainte envers l’onf. Y a-t-il déjà eu des antécédents envers cet organisme destructeur ? Je suppose que vous êtes au courant de ce qui se passe dans cette forêt et que peut-être avez-vous entrepris une démarche pour que cesse ce massacre. Je souhaite des informations pour pouvoir protéger et que ce lieu de paix puisse le rester. Les arbres ont une utilité capitale pour notre survie, vu qu’ils emmagasinent notre co2 polluant et rejettent de l’oxygène sans eux nous ne sommes plus rien.

J’ai essayé de joindre l’onf et j’ai d’ailleurs laisser des messages sur des répondeurs. La seule personne que j’ai eu gérait la forêt de Meudon qui a insinué que je n’y connaissait rien dans l’entretien d’une forêt. Je pense que ces gens n’ont pas conscience de ce qu’ils font en tout les cas s’en moque complètement. C’est l’impression que j’ai eu au téléphone.

Réponse :
Je comprends votre émoi devant ces coupes massives dont la brutalité a de quoi choquer. Je partage certaines de vos interrogations face à la disparition de beaux spécimens d’arbres et Je m’entretiens régulièrement de cette question avec les responsables forestiers qui souvent avancent des exigences de sécurité et des arguments sanitaires, ce qui est évidemment difficilement opposable.


Comme vous le savez, l’O.N.F. se doit de répondre à plusieurs impératifs : entretenir et renouveler la forêt domaniale, produire du bois, préserver la biodiversité et accueillir le public. Il est évident qu’en hiver, nous avons tendance à ne voir que les deux premiers impératifs en raison des coupes et du débardage réalisables uniquement en cette saison, à savoir hors la feuille. Les sols humides rendent le débardage encore plus brutal en laissant des ornières profondes (qui devraient normalement être reprises en fin de chantier). Les coupes de bois ont lieu en forêt de Fausses-Reposes depuis des temps immémoriaux, avec des années plus sévères que d’autres, le pire étant lorsqu’elles sont proches des franges urbaines. Et il faut bien reconnaître que ces dernières années ont été particulièrement rudes sur les parcelles 100 à 104 du côté de Ville d’Avray, certainement trop rudes pour les habitants, mais je suis convaincu qu’elles ne mettent pas la faune et la flore en danger même si elles les brusquent malheureusement très fort.


Notre association a toujours milité pour que les coupes soient mieux ciblées afin de tenir compte des spécificités périurbaines. Si des avancées ont été enregistrées, le schéma d’aménagement de la forêt approuvé par le ministère de l’Agriculture demeure incontournable pour les agents de l’O.N.F. Aussi, si une quelconque plainte devait être portée, celle-ci devrait concerner le ministère de tutelle de l’O.N.F. et non l’O.N.F lui-même qui est le simple exécutant.



Avec d’autres associations, nous engageons cette année un inventaire des arbres remarquables dans l’optique d’une préservation ciblée des plus beaux spécimens. Si vous souhaitez vous associer à cette démarche, vous êtes la bienvenue, d’autant que l’opération est plutôt agréable puisqu’elle consiste à parcourir la forêt parcelle par parcelle ; à repérer les beaux arbres et à en prendre les mesures. Si cela vous intéresse, dites—le moi pour que je vous prévienne des jours d’inventaire.

D’ici là, j’ai pris rendez-vous avec le directeur interdépartemental de l’O.N.F. pour examiner avec lui toutes les questions relatives à la préservation et à l’aménagement des forêts de Versailles et de Fausses-Reposes. A cette occasion, je souhaiterais lui montrer quelques photos "parlantes" des interventions problématiques. Pourriez-vous m’envoyer quelques photos des coupes qui vous ont émus (souches, grumes, environs, etc.) en m’indiquant les parcelles concernées ? Notre rencontre est prévue pour la mi-mars.

PDF - 792.6 ko

Pour votre information au cas où vous ne l’auriez pas encore vu, voici une affiche explicative des interventions actuelles en forêt de Fausses-Reposes ainsi que le plan avec les coupes d’arbres jugés dangereux.