Association des Amis des Forêts
de Versailles et Fausses-Reposes

AccueilQui sommes-nous ?Assemblées généralesAG 2021 : Reportage de Jacques Postel

   AG 2021 : Reportage de Jacques Postel



17 décembre 2021, par Pierre Desnos

Assemblée générale de « l’Association Les Amis de Forêts de Versailles et de fausses Reposes ».

C’est dans la salle communautaire toute nouvellement restaurée de Marnes-la-Coquette, et en présence de nombreux élus et militants de la défense des forêts que « l’Association Les Amis de Forêts de Versailles et de fausses Reposes » a tenu son assemblée générale le 11 décembre dernier.

Lecture du rapport moral par Marie-Jeanne Lionnet, secrétaire de l’association

« Après une année bien difficile d’un point de vue sanitaire » a déclaré en préambule Pierre Desnos le président de l’association, « nous avons malgré tout pu faire des opérations et interventions importantes (des sorties guidées et commentées en forêts, des nettoyages de forêts, le CleanWalk organisé par des élèves très dynamiques du lycée Sainte Geneviève de Versailles, suivi du projet de métro de la future ligne 18 du Grand Paris alliant Versailles à Orly, etc..), hélas les voyages pour les enfants n’ont pu avoir lieu ». L’association forte de ses 75 adhérents maintient à flot son budget pour la somme de 782,99 € et une réserve placée de 7787 €. Pour l’année 2022 il n’y aura pas au sens propre du terme de cotisation mais un don de 15 € pour les adhérents et militants qui le désirent. Mesdames Magali Ordas et Laurence de Pins ont décidé d’arrêter leurs mandats pour des raisons familiales et personnelles. Notre trésorier Monsieur Olivier de Souza arrête également son mandat de trésorier, après avoir donné sans compter son temps et ses efforts pendant 25 années. Il sera remplacé par Madame Marie-Odile Grandchamp dans cette tâche très importante. Et enfin, Monsieur Guy Girardéti a pris la décision de rester administrateur mais il va maintenant partager sa vie entre la Bretagne et l’Ile-de-France et de ce fait sera beaucoup moins disponible.



Pour l’année 2021 l’action contre l’invasion du Laurier du Caucase continue activement. Une visite de l’arboretum de Segrez à Saint Sulpice de Favières 91, (https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Ile-de-France/Actualites/Jardin-remarquable/Domaine-de-Segrez-L-Arboretum-a-Saint-Sulpice-de-Favieres-Essonne) est reportée soit le 6 ou le 13 mai 2022.


Madame Barody-Weiss, maire de Marnes-la-Coquette, est venue saluer les Amis des forêts

Grâce à des actions répétées assidûment par l’association, fa Forêt de Versailles est programmée pour un classement en forêt de protection en 2025. Ainsi, tous les massifs forestiers autour de la Cité Royale sont protégés contre de nouvelles emprises foncières. Une très bonne nouvelle que beaucoup d’élus, dont François de Mazières, maire de Versailles, ont découvert avec satisfaction. Ainsi le projet de l’échangeur RN12 /RD91 très phagocyteur en surface forestière est-il suivi avec une grande attention.


M. Philippe Herzberg, adjoint au maire à Ville d’Avray et administrateur de l’AAFVFR, a fait une présentation du méli-mélo autour des grands travaux d’aménagement des étangs Corot à Ville d’Avray et de très nombreuses polémiques et fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux. Les grands travaux de l’ensemble du site vont s’étaler sur plusieurs années pour un coût de 12 M€ entièrement financé par le Centre des Monuments nationaux, (CMN). Il manque à ce jour, pour entièrement finir les grands travaux, l’acquisition d’une bande 2 mètres de largeur appartenant à la Résidence de la Ronce à Ville d’Avray. La société Gecina, propriétaire de cette résidence, construit un ensemble de 145 logements sur une surface 140 000 m2 à l’intérieur de l’emprise de sa propriété. Un permis de construire avait donc été déposé en mairie de Ville d’Avray il y a 10 ans, mais aujourd’hui avec les changements climatiques le projet se trouve, de fait, en une zone inondable là où elle n’y était pas il y 10 ans. La situation est entièrement bloquée et le dossier se trouve sur le bureau du sous-préfet des Hauts-de-Seine, M. Vincent Berton, qui en devient le juge de paix. Une affaire qui s’annonce encore très longue à résoudre. Madame Aline de Marcillac, la maire de Ville d’Avray est dans l’obligation de faire des recours d’années en années.

Puis Michel Béal le président de l’Agence territorial Ile-de-France ouest de l’établissement public a pris la parole pour donner de très intéressantes explications sur la charge de son métier.

L’office national de Forêts doit gérer un quart des forêts en France. En Ile-de-France 3000 hectares de forêts domaniales sont gérés par l’office national de forêts. Il faut savoir que depuis sept siècles une très grande partie des forêts a été façonnée par l’Homme, ainsi les belles forêts de nos régions sont l’œuvre du travail des forestiers. Lorsque l’ONF procède à des coupes rases, la nature qui, naturellement a un rythme de vie bien différent de celui des humains, crée une nouvelle forêt en 300 ans. L’ensemble des franciliens représente 13 millions d’habitants, et donne de ce fait 80 millions de visiteurs par année, 10 millions de visiteurs/an pour la seule forêt de Rambouillet. Les chiffres sont éloquents. Aussi une appropriation affective s’est développée au fil des années et beaucoup de citoyens ne comprennent pas la raison des coupes rases. « Nos travaux en forêts » commente encore monsieur Béal, « demande de prendre en compte tous les paramètres : les visiteurs, la faune, la flore. Nous sommes de fait des équilibristes des écosystèmes et notre obligation est simple : faire entrer la lumière dans les forêts…sans lumière jusqu’au pied des grands arbres aucune photosynthèse. Nous devons étudier sans cesse la replantation des nouvelles essences dans un respect du climat et des sols. » Aujourd’hui la maladie de l’encre qui touche les châtaigniers préoccupe beaucoup l’ONF. Et un fait nouveau arrive au cœur de nos forêts : les agents forestiers sont sujets à des violences graves, soit du fait de militants ou encore à des délinquants. Reste enfin le sempiternel problème des dépôts de déchets sauvages éparpillés le long des chemins forestiers souvent provenant de chantiers environnants ; un coût de 300 000 € chaque année à la charge de l’Office. Heureusement les maires des communes environnantes ont pris conscience de ce fait de délinquance, sans réelle solution juridique. Elles votent des subventions afin de venir en aide à l’office.


De gauche à droite
Jacques Dallemagne, maire adjoint de Marnes-la-Coquette
Marie-Odile Grandchamp, trésorière de l’AAFVFR et ancienne maire adjointe de Chaville
Michel Béal, directeur interdépartemental de l’ONF Ile-de-France Ouest
Pierre Desnos, président de l’AAFVFR
Guy Girardetti, ancien conseiller municipal de Ville d’Avray,
Annie Sainsily, maire adjointe de Buc
Philippe Hertzberg, maire adjoint de Ville d’Avray